L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner, prenez contact avec votre délégué régional EMC ou consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 25,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    8 5 0 2


Article archivé, publié initialement dans le traité EMC AKOS (Traité de Médecine)
et remplacé par un autre article plus récent : cliquez ici pour y accéder.

AKOS (Traité de Médecine)
[49360]
Doi : 10.1016/S1634-6939(12)49360-7
Douleurs thoraciques
 

B. La Combe : Interne, R. Borie  : Praticien hospitalier
Service de pneumologie A, Hôpital Bichat, 46, rue Henri-Huchard, 75877 Paris cedex, France 

Auteur correspondant.
Résumé

Les douleurs thoraciques sont un motif fréquent de consultation, et leurs origines sont très diverses. Les difficultés de prise en charge sont liées à l'absence de parallélisme entre l'importance de la douleur et la gravité de la maladie sous-jacente, ainsi que la variété des étiologies intra- et extrathoraciques. Il importe de rechercher tout signe de gravité, afin d'éliminer une urgence potentiellement vitale, parmi lesquelles en premier lieu le syndrome coronarien aigu, l'embolie pulmonaire, la dissection aortique. Il convient ensuite de rechercher des symptômes évoquant une douleur pleurale, le pneumothorax complet compressif étant une urgence thérapeutique. Les autres étiologies de douleurs thoraciques aiguës ne se discutent qu'après l'exclusion de ces causes. Parmi celles-ci on trouve les douleurs pleurales sur pleurésie ou pneumopathie, les douleurs ostéoarticulaires (fracture de côte, syndrome de Tietze), les douleurs neurologiques (neuropathie, névralgies intercostales, syndrome de Cyriax), les douleurs œsophagiennes (reflux gastro-œsophagien, spasme œsophagien), les douleurs projetées d'origine abdominale (pathologie hépatique, vésiculaire, ou pancréatique). La douleur psychogène reste un diagnostic d'élimination. Un interrogatoire et un examen clinique bien conduits permettent souvent d'orienter le diagnostic. L'électrocardiogramme et la radiographie de thorax restent les examens les plus performants dans l'exploration d'une douleur thoracique. Secondairement, d'autres examens peuvent être nécessaires. Un patient de plus de 40ans, avec facteurs de risque cardiovasculaire, présentant une douleur angineuse typique doit systématiquement bénéficier d'un dosage de troponine. Des stratégies décisionnelles validées existent, s'appuyant sur des scores, notamment dans l'embolie pulmonaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Douleurs thoraciques, Syndrome coronarien aigu, Embolie pulmonaire, Pneumothorax, Dissection aortique




© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Toute référence à cet article doit porter la mention : B. La Combe, R. Borie. Douleurs thoraciques. EMC - AKOS (Traité de Médecine) 2012;7(3):1-8 [Article 1-0430].