L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner, prenez contact avec votre délégué régional EMC ou consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 27,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    14 6 0 1


Article archivé, publié initialement dans le traité EMC Médecine d'urgence
et remplacé par un autre article plus récent : cliquez ici pour y accéder.

Médecine d'urgence
[25-210-C-10]
Doi : 10.1016/S1959-5182(09)49610-7
Prélèvement d'organes chez les patients en état de mort encéphalique et à coeur arrêté
 

B. Riou  : Professeur des Universités
Service d'accueil des urgences et Coordination des prélèvements d'organes et de tissus, Centre hospitalier universitaire Pitié-Salpêtrière, 47-83, boulevard de l'Hôpital, 75651 Paris cedex, France 
Université Pierre et Marie Curie-Paris 6, 4, place Jussieu, 75005 Paris, France 

Résumé

Le pronostic à court terme des transplantations dépend de la fonction de l'organe prélevé et donc de la qualité de la réanimation du donneur en état de mort encéphalique. Le médecin qui prend en charge la réanimation d'un patient en mort encéphalique a cinq missions essentielles : confirmer la mort encéphalique en recherchant l'absence de conscience, de motricité spontanée, de tous les réflexes du tronc cérébral, et l'absence de ventilation spontanée en hypercapnie ; ce diagnostic doit être étayé par un examen complémentaire (électroencéphalogramme ou angiographie cérébrale) ; maintenir les grandes fonctions vitales, en particulier l'hémodynamique grâce à un remplissage vasculaire et l'administration d'un vasoconstricteur ; évaluer globalement le donneur afin de rechercher une contre-indication générale au prélèvement, en particulier une maladie transmissible ; respecter les règles éthiques et juridiques au prélèvement ; enfin, évaluer précisément la fonction des organes susceptibles d'être prélevés. Il appartient au réanimateur de colliger le maximum d'informations concernant la fonction des organes que l'on envisage de prélever, mais la décision finale de transplanter ou non cet organe appartient à l'équipe de transplantation qui seule dispose de l'ensemble des informations, notamment celles concernant le receveur.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Mort encéphalique, Transplantation, Prélèvement d'organes, Hémodynamique, Fonction cardiaque, Remplissage vasculaire, Hydroxyéthylamidons, Diabète insipide, Arrêt cardiocirculatoire, Massage cardiaque, Don d'organe à coeur arrêté




© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Toute référence à cet article doit porter la mention : B. Riou. Prélèvement d'organes chez les patients en état de mort encéphalique et à coeur arrêté. EMC - Médecine d'urgence 2009:1-14 [Article 25-210-C-10].