L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner, prenez contact avec votre délégué régional EMC ou consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 31,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    7 7 0 1


Techniques chirurgicales - Orthopédie-Traumatologie
[66196]
Doi : 10.1016/S0246-0467(18)66196-3
Arthroplastie de hanche sur ankylose et arthrodèse
 

J. Girard a, c, , P. Martinot a, c, S. Putman b, c, H. Migaud a, c
a Service d'orthopédie C, Hôpital Roger-Salengro, CHRU de Lille, 2, avenue Oscar-Lambret, 59037 Lille cedex, France 
b Service d'orthopédie D, Hôpital Roger-Salengro, CHRU de Lille, 2, avenue Oscar-Lambret, 59037 Lille cedex, France 
c Université de Lille, 42, rue Paul-Duez, 59000 Lille, France 

Auteur correspondant.
Résumé

L'ankylose de hanche définie par une perte totale de la mobilité articulaire peut être d'origine chirurgicale, infectieuse ou spontanée. La problématique d'une arthrodèse réside dans la décompensation inéluctable à long terme des articulations sus- et sous-jacentes (genou et rachis lombaire) qui conduit fréquemment à une chirurgie de désarthrodèse-prothèse. La position idéale d'une arthrodèse est de 20 à 30̊ flexion/5̊ adduction/5 à 10̊ rotation externe, permettant ainsi aux articulations adjacentes de ne pas être trop contraintes. Après arthrodèse, le périmètre de marche est excellent, les activités professionnelles peuvent être continuées même si la station assise reste compliquée. En revanche, certaines activités quotidiennes telles que lacer ses chaussures ou faire du vélo apparaissent très limitées, voire impossibles. La chirurgie de désarthrodèse-prothèse est complexe. Le bilan préopératoire est primordial et repose sur une évaluation osseuse (radiographique, tomodensitométrie [TDM], EOS), musculaire (clinique et imagerie par résonance magnétique [IRM]), neurologique (électromyogramme [EMG]) et la quantification d'une éventuelle inégalité de longueur (système EOS appréciant les relations hanche-rachis-pelvis). Pour le bilan infectieux, une ponction de hanche est difficile techniquement et une biopsie est souvent l'examen de recours. Le déroulement de l'intervention dépend du bilan préopératoire mais aussi des antécédents chirurgicaux. La technique chirurgicale doit donc s'adapter au bilan préopératoire. Les voies d'abords varient selon les habitudes (antérieure, postérieure ou antéro-latérale), avec parfois une trochantérotomie pour faciliter l'exposition et privilégier le respect musculaire indispensable au succès de l'intervention. Quel que soit l'abord, certains repères doivent être parfaitement appréhendés (le ligament transverse, la lame quadrilatère, le petit trochanter et le col fémoral). Le patient doit être averti que les résultats cliniques sont moins bons que pour une arthroplastie primaire et que le risque de complication est important.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Évaluation osseuse, Ankylose, Arthroplastie totale, Trochantérotomie




© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Toute référence à cet article doit porter la mention : J. Girard, P. Martinot, S. Putman, H. Migaud. Arthroplastie de hanche sur ankylose et arthrodèse. EMC - Techniques chirurgicales - Orthopédie-Traumatologie 2018;13(3):1-7 [Article 44-669].