Article

1 iconographie
1 autoévaluation interactive
1 cas clinique
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Service d'aide à la décision clinique
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner, prenez contact avec votre délégué régional EMC ou consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 20,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    8 1 0 2


Médecine d'urgence
[58720]
Doi : 10.1016/S1959-5182(15)58720-5
Prise en charge initiale des enfants victimes de mauvais traitements
 

C. Rey-Salmon a,  : Pédiatre des hôpitaux, médecin légiste, C. Adamsbaum b : Professeur de radiologie, chef du service de radiologie pédiatrique
a Unité médico-judiciaire de l'Hôtel-Dieu (AP-HP), 1, place du Parvis-Notre-Dame, 75000 Paris, France 
b Faculté de médecine Paris Sud, CHU de Bicêtre (AP-HP), 78, avenue du Général-Leclerc, 94270 Le Kremlin-Bicêtre, France 

Auteur correspondant.
Résumé

Les enfants en danger regroupent les enfants maltraités (violences physiques, psychologiques, agressions sexuelles et/ou négligences lourdes) et en risque de maltraitance. La maltraitance physique chez les enfants de moins de 2 ans est dominée par le syndrome du bébé secoué, principale cause de décès dans ce contexte, et par le syndrome de Silverman (fractures multiples d'âges différents). Les ecchymoses constituent un excellent signe d'appel de maltraitance chez un bébé non autonome. Un point clé du diagnostic est l'histoire rapportée absente, fluctuante, incohérente ou discordante au sujet des lésions traumatiques observées. La moindre suspicion de maltraitance chez un nourrisson nécessite un bilan complet en imagerie (scanner cérébral, radiographies du squelette et échographie abdominale) et un fond d'œil. Tous les diagnostics différentiels doivent être éliminés. Les agressions sexuelles nécessitent des prélèvements rapides en milieu spécialisé. Les maltraitances psychologiques, la soumission chimique, les carences ou le syndrome de Münchhausen par procuration sont difficiles à reconnaître et nécessitent une approche pluridisciplinaire avec observation de l'enfant en milieu protégé. La cellule départementale de recueil et de traitement des informations préoccupantes (CRIP) a pour mission de traiter administrativement toute information préoccupante concernant les enfants en danger ou en risque de danger. Le signalement judiciaire permet au procureur de la République d'organiser en urgence la protection de l'enfant. Le secret professionnel est levé dans ce contexte puisque la non-assistance vise le fait de ne pas agir face à une situation de danger. Tout médecin doit protéger l'enfant à la moindre suspicion de mauvais traitements. L'indication d'hospitalisation est la règle absolue chez le nourrisson pour éviter le décès en cas de réitération des violences.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Maltraitance, Agressions sexuelles, Syndrome de Münchhausen par procuration, Signalement, Information préoccupante




© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Toute référence à cet article doit porter la mention : C. Rey-Salmon, C. Adamsbaum. Prise en charge initiale des enfants victimes de mauvais traitements. EMC - Médecine d'urgence 2015;10(3):1-8 [Article 25-210-B-20].

Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article