Article

3 iconographies
1 autoévaluation interactive
1 cas clinique
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Service d'aide à la décision clinique
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner, prenez contact avec votre délégué régional EMC ou consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 20,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    5 3 0 2


Médecine d'urgence
[65321]
Doi : 10.1016/S1959-5182(15)65321-1
Purpura fulminans
 

E. El Choueiry a, J. Bergounioux b, c,
a Réanimation, urgences pédiatriques et néonatales, Hôtel-Dieu de France, boulevard Alfred-Naccache, Achrafiyeh, Beyrouth, Liban 
b Réanimation pédiatrique, Hôpital Raymond-Poincaré, 104, boulevard Raymond-Poincaré, 92380 Garches, France 
c Unité Inserm 1151, Pathogénie des infections systémiques, Université Paris Descartes, 14, rue Maria-Helena-Vieira-Da-Silva, CS61431, 75993 Paris cedex 14, France 

Auteur correspondant.
Résumé

Le purpura fulminans demeure l'une des plus grandes urgences de la pédiatrie (fulgur  : la foudre). Il s'agit d'un choc septique associé à un purpura extensif compliquant une septicémie à méningocoque. Plus de 70 % des décès ont lieu dans les premières 24 heures. La rapidité et l'agressivité de la prise en charge initiale sont à ce jour les seuls éléments qui ont permis de diminuer la morbi-mortalité associée à cette maladie. Le taux de mortalité reste élevé, avoisinant 20 %, malgré les progrès de la réanimation. Il s'agit d'une pathologie rare avec moins de 100 cas dénombrés chaque année en France. Cette infection touche préférentiellement l'enfant et le nourrisson et survient principalement en hiver ou au printemps dans la suite des épidémies virales saisonnières. Le germe le plus souvent en cause est le méningocoque, essentiellement des groupes B et C. La prévalence des méningocoques de groupe B reste prédominante (74 %) et l'incidence des infections à méningocoque a diminué de 18 % entre 2009 et 2010. D'autres germes peuvent être incriminés comme les Haemophilus influenzae ou les pneumocoques, très rares depuis la généralisation de la vaccination.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Purpura fulminans, Choc septique, Méningocoque, Pédiatrie




© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Toute référence à cet article doit porter la mention : E. El Choueiry, J. Bergounioux. Purpura fulminans. EMC - Médecine d'urgence 2015;10(3):1-5 [Article 25-140-E-30].

Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article