Article

5 iconographies
1 autoévaluation interactive
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Service d'aide à la décision clinique
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner, prenez contact avec votre délégué régional EMC ou consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 24,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    5 5 0 1


Gynécologie
[56335]
Doi : 10.1016/S0246-1064(15)56335-4
Néoplasies intraépithéliales de la vulve
 

A. Nazac, MD, PhD a, , C. Louis-Sylvestre, MD b
a Service de gynécologie obstétrique, CHU Bicêtre, 78, rue du Général-Leclerc, 94270 Le Kremlin-Bicêtre, France 
b Département mère-enfant, Institut mutualiste Montsouris, 42, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France 

Auteur correspondant.
Résumé

Les néoplasies intraépithéliales de la vulve (VIN) sont souvent mal connues des praticiens. La dernière classification de l'International Society for the Study of Vulvovaginal Disease (ISSVD) date de 2004 et ne parle de VIN qu'en cas de dysplasie sévère. On distingue les dysplasies d'origine virale (human papilloma virus [HPV]) que l'on nomme VIN communes, les plus fréquentes ; et celles d'origine non virale, dites « différenciées », essentiellement développées sur lichen scléreux. Il existe deux principaux tableaux cliniques pour les VIN communes d'origine virale qui sont la maladie de Bowen (femme âgée) et la papulose bowenoïde (femme jeune). L'examen vulvaire devrait idéalement se faire sous colposcopie et toute lésion atypique justifie une biopsie. En cas de lésion d'origine virale, il faut systématiquement penser à explorer le col et le vagin sous colposcopie ainsi que l'anus. L'évolution vers un cancer de type carcinome épidermoïde n'est pas fréquente, mais cette possibilité justifie des biopsies, une surveillance et un traitement adapté. Le traitement repose sur trois options qui sont : le laser en cas de lésion non suspecte confirmée à la biopsie, la chirurgie en cas de lésion suspecte à la biopsie ou cliniquement, l'imiquimod pour les lésions non suspectes d'origine virale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Néoplasie intraépithéliale de vulve, Carcinome épidermoïde, Colposcopie, Biopsie, Surveillance, Traitement




© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Toute référence à cet article doit porter la mention : A. Nazac, C. Louis-Sylvestre. Néoplasies intraépithéliales de la vulve. EMC - Gynécologie 2015;11(2):1-5 [Article 510-A-25].

Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article