Article

31 iconographies
1 autoévaluation interactive
8 informations supplémentaires
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Service d'aide à la décision clinique
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner, prenez contact avec votre délégué régional EMC ou consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 58,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    26 31 0 9


Dermatologie
[66854]
Doi : 10.1016/S0246-0319(14)66854-0
Photodermatoses
 

J.-C. Beani a, b,  : Professeur des Universités, praticien hospitalier
a Hôpital A.-Michallon, CS 10 217, 38043 Grenoble cedex, France 
b Université J.-Fourrier, 621, avenue Centrale, 38041 Saint-Martin-d'Hères, France 

Auteur correspondant.
Résumé

Les photodermatoses regroupent toutes les maladies dans la genèse desquelles le soleil intervient. Sont ainsi exclus les effets biologiques du soleil sur la peau normale comme les cancers cutanés ou l'héliodermie. Elles peuvent être classées en différents groupes : les déficiences génétiques d'un des moyens de photoprotection naturels, les photodermatoses métaboliques, les photodermatoses acquises idiopathiques, les photosensibilisations exogènes et les dermatoses photoaggravées. Les photosensibilisations exogènes sont les plus fréquentes d'entre elles ; elles s'expriment par une réaction inflammatoire aiguë qualifiée de phototoxicité ou par un type particulier d'hypersensibilité retardée qualifié de photoallergie. L'agent photosensibilisant incriminé arrive à la peau par voie interne (médicaments) ou après application locale (médicaments topiques, cosmétiques, végétaux). Les photodermatoses ou lucites idiopathiques regroupent des affections déclenchées par les ultraviolets (UV) mais pour lesquelles le photosensibilisant (chromophore) n'est pas identifié. Différentes entités sont isolées sur des caractéristiques cliniques, histologiques, et d'exploration photobiologique. La plus fréquente est la lucite estivale bénigne/lucite polymorphe (aujourd'hui regroupée en une même entité) ; sa physiopathologie reste obscure mais une resistance à l'immunosuppression UV-induite à l'origine d'une réaction d'hypersensibilité retardée à un antigène inconnu est evoquée. L'urticaire solaire est rare, très invalidante ; sa pathogénie relève d'une réaction immunoglobuline E-dépendante à antigène inconnu. La dermatite actinique chronique est la plus grave des lucites ; sa pathogénie est discutée et son traitement particulièrement délicat. L'éruption juvénile printanière est à rapprocher de la lucite polymorphe. Le prurigo actinique concerne des populations géographiquement très éloignées mais relève d'une susceptibilité génétique commune caractérisée par un groupe human leukocyte antigen spécifique. L'hydroa vacciniforme a récemment été montré comme lié à une infection à Epstein-Barr virus dont les conséquences peuvent être gravissimes. Le diagnostic d'une photodermatose repose sur un interrogatoire minutieux, l'examen clinique complété d'un examen histologique et de l'exploration photobiologique qui permet d'affirmer les hypothèses émises après la clinique. Le traitement fait appel à l'éviction solaire, la protection vestimentaire, les produits de protection solaires, des antipaludéens de synthèse, des immunosuppresseurs variés, la photothérapie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Photodermatoses, Photoallergie, Phototoxicité, Lucite idiopathique, Exploration photobiologique




© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Toute référence à cet article doit porter la mention : J.-C. Beani. Photodermatoses. EMC - Dermatologie 2015;10(1):1-26 [Article 98-785-A-10].

Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article