Article

31 iconographies
1 autoévaluation interactive
7 informations supplémentaires
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Service d'aide à la décision clinique
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner, prenez contact avec votre délégué régional EMC ou consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 56,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    22 31 0 8


Techniques chirurgicales - Orthopédie-Traumatologie
[61752]
Doi : 10.1016/S0246-0467(14)61752-9
Paralysies de la flexion et de l'extension du coude
 

M. Chammas  : Professeur des Universités, praticien hospitalier, B. Coulet : Professeur des Universités, praticien hospitalier
 Service de chirurgie de la main et du membre supérieur, chirurgie des nerfs périphériques, Hôpital Lapeyronie, CHU Montpellier, avenue du Doyen-Gaston-Giraud, 34295 Montpellier cedex 5, France 

Auteur correspondant.
Résumé

Aux membres supérieurs, l'atteinte paralytique du coude représente l'un des handicaps les plus importants. Pour la paralysie de la flexion du coude après paralysie du plexus brachial ou lésions tronculaires multiples, la chirurgie nerveuse directe à réaliser précocement ou la chirurgie palliative doivent s'intégrer dans un programme thérapeutique global. Les transferts musculaires sont indiqués en première intention dans les cas tardifs ou chez des patients non candidats à la chirurgie nerveuse directe ou en deuxième intention en cas de résultat insuffisant de la chirurgie nerveuse directe. S'il existe des muscles transférables, il s'agit de transferts musculaires pédiculés. En l'absence de tout fléchisseur du coude, un transfert « fort » est privilégié (transfert partiel du grand et du petit pectoral, transfert du triceps sur le biceps, transfert bipolaire du muscle grand dorsal), un transfert faible n'est indiqué qu'en présence de fléchisseurs du coude ayant récupéré incomplètement à M2 : transfert du petit pectoral, transfert des muscles épicondyliens médiaux ou intervention de Steindler, voire l'avancement de l'insertion du tendon bicipital. S'il n'existe pas de muscle transférable, un transfert musculaire libre vascularisé réinnervé peut être indiqué si âge et potentiel de régénération nerveuse le permettent. Debout, l'extension est compensée par la pesanteur. En cas de paralysies tronculaires ou du plexus brachial, sa restauration améliore la fonction et repose sur des transferts nerveux. Chez le tétraplégique en fauteuil, elle devient indispensable au positionnement de la main dans l'espace et au renforcement des muscles transférables pour activer la main. Ce geste doit s'intégrer dans un programme global de réanimation du membre supérieur et s'appuie sur deux transferts tendineux : le deltoïde postérieur très efficace, mais dont les indications doivent être respectées, et le biceps aux indications plus larges, notamment en cas d'attitude vicieuse du coude et de défaut de stabilisation antérieure de l'épaule.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Coude, Paralysie, Plexus brachial, Greffe nerveuse, Transfert nerveux, Tétraplégie, Transfert tendineux




© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Toute référence à cet article doit porter la mention : M. Chammas, B. Coulet. Paralysies de la flexion et de l'extension du coude. EMC - Techniques chirurgicales - Orthopédie-Traumatologie 2014;9(3):1-22 [Article 44-330].

Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article