Article

13 iconographies
3 informations supplémentaires
1 cas clinique
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Service d'aide à la décision clinique
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner, prenez contact avec votre délégué régional EMC ou consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 41,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    14 13 0 4


Gastro-entérologie
[56562]
Doi : 10.1016/S1155-1968(12)56562-4
Contusions et plaies de l'abdomen
 

C. Arvieux a, , E. Voiglio b, F. Guillon c, J. Abba a, J. Brun d, F. Thony e, C. Letoublon a
a Clinique universitaire de chirurgie digestive et de l'urgence, CHU de Grenoble, BP 217, 38043 Grenoble cedex 09, France 
b Unité de chirurgie d'urgence, UMR T9405, Université Claude-Bernard Lyon 1, Centre hospitalier Lyon-Sud, 69310 Pierre-Bénite, France 
c Département de chirurgie digestive et de transplantation, CHU Saint-Éloi, 34295 Montpellier cedex 05, France 
d Clinique universitaire réanimation polyvalente chirurgicale-déchocage, CHU de Grenoble, BP 217, 38043 Grenoble cedex 09, France 
e Clinique universitaire de radiologie et d'imagerie médicale CHU de Grenoble, BP 217, 38043 Grenoble cedex 09, France 

Auteur correspondant.
Résumé

Lors de la prise en charge d'un blessé présentant un traumatisme de l'abdomen, que ce dernier soit ouvert ou fermé, le statut hémodynamique est primordial. S'il existe un état de choc, la prise en charge doit se faire au déchocage avec la réalisation d'une radiographie pulmonaire, d'un cliché du bassin et d'une échographie abdominale. En cas de traumatisme fermé, si l'échographie montre l'existence d'un épanchement péritonéal, la priorité est à la réalisation d'une laparotomie pour faire l'hémostase. En cas de large plaie abdominale hémorragique, l'admission directe au bloc opératoire est possible. Dans tous les cas, les techniques du damage control , qui visent à réaliser l'hémostase et le traitement des lésions digestives de la façon la plus rapide possible, souvent en deux temps, sont retenues en cas de risque de coagulopathie. Le patient doit bénéficier dans le même temps d'une réanimation optimale avec une réintervention pour le traitement définitif des lésions dans les 24 à 48 heures, quand il est stabilisé. Si l'état du blessé atteint d'un traumatisme fermé est stable, sans signe évoquant une perforation digestive, la réalisation d'une tomodensitométrie (TDM) corps entier injectée est recommandée. L'attitude non opératoire avec surveillance en milieu chirurgical, où le blessé peut bénéficier à tout moment d'une intervention différée, est justifiée. Lorsqu'une fuite active de produit de contraste est visualisée au scanner, l'embolisation artérielle permet d'augmenter les indications de traitement non opératoire. Pour les patients stables et peu symptomatiques présentant une plaie de l'abdomen sans éviscération ni signe de péritonite, la TDM préopératoire est utile surtout en cas de plaie par arme à feu. Chez un blessé par arme blanche paucisymptomatique, l'exploration chirurgicale, si possible mini-invasive avec conversion en laparotomie au moindre doute, est encore la règle dans la plupart des équipes. En effet, il existe des lésions intrapéritonéales, principalement digestives et diaphragmatiques qui nécessitent un traitement dans près de 10 % des cas et la morbidité et la mortalité d'une intervention différée au stade de la péritonite est importante.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Contusion abdominale, Plaie abdominale, Traumatisme hépatique, Traumatisme splénique, Traumatisme pancréatique, Traumatisme des viscères creux, Hémopéritoine, Choc hémorragique




© 2013  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Toute référence à cet article doit porter la mention : C. Arvieux, E. Voiglio, F. Guillon, J. Abba, J. Brun, F. Thony, C. Letoublon. Contusions et plaies de l'abdomen. EMC - Gastro-entérologie 2013;8(1):1-14 [Article 9-007-A-10].

Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article