Article

15 iconographies
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez acheter ce livre, consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 10,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    12 15 0 0


Traitement des ruptures de la coiffe des rotateurs
Place des prothèses
 

Mots clés :Rupture de coiffe. : – Prothèse inversée. : 
Keywords:Massive cuff tears. : – Reversed prosthesis. : 


L. Favard 1, J. Berhouet 1, D. Molé 2
1 Orthopédie 1, CHU Trousseau, 37044 Tours cedex, France. 
2 Centre chirurgical Émile-Gallé, 49, rue Hermite, 54000 Nancy, France. 

Résumé

La mise en place d’une prothèse articulaire, en l’absence de lésion cartilagineuse, pour un problème uniquement tendineux, est une particularité de l’épaule.

Dans ce contexte, les contre-indications des traitements conservateurs sont habituellement les indications des prothèses en général inversées. Il s’agit des épaules pseudoparalytiques, des stades III de Hamada, des excentrations statiques antérieures pour les ruptures antérosupérieures et de l’absence de subscapulaire correct pour les ruptures postérosupérieures.

Cependant, les prothèses inversées ont des limites. Elles donnent de moins bons résultats chez les patients déjà opérés, chez les plus jeunes et chez ceux ayant conservé une élévation active. La prothèse ne redonne pas une rotation externe active et la présence du teres minor doit être analysée en préopératoire pour poser l’indication d’un transfert associé du latissimus dorsi.

Ainsi, l’indication est basée sur une analyse de l’état clinique du patient et notamment de ses mobilités actives, en élévation et en rotation. Elle est également basée sur l’imagerie pour analyser l’excentration antérieure de la tête, la qualité du petit rond et du subscapulaire et le stade de Hamada. La meilleure indication d’une prothèse inversée est une épaule pseudoparalytique avec une rupture antérosupérieure massive, une conservation des rotateurs externes et une excentration statique de la tête.

La technique de pose ne diffère pas de celle d’une prothèse inversée dans le cadre d’une omarthrose excentrée si ce n’est la qualité osseuse de la glène, souvent médiocre, et la taille de cette dernière, souvent petite, surtout chez les femmes.

D’une façon générale, plus le handicap préopératoire est important, meilleur sera le résultat en termes de gain. Enfin, la longévité encore mal connue de cette prothèse doit inciter à la prudence en cas d’indication chez des patients de moins de 65 ans.

Abstract – Protheses

To implant a shoulder arthroplasty, to solve a tendon insufficiency without cartilage damage, is a peculiarity of the shoulder.

A reverse prosthesis is indicated when there is a risk of failure with usual conservative treatments, that means for pseudoparalytic shoulder, for stage III according to Hamada, for anterior static migration of the humeral head in case of massive anterosuperior tears and when subscapular is not correct in case of massive posterosuperior tears. However, the reverse prostheses have some limitations. They give poorer results in patients already operated on previously, for the youngest and among those who still have active elevation. The prosthesis does not restore active external rotation and the presence of the teres minor should be analyzed preoperatively. This is to consider indication of an associated transfer of latissimus dorsi.

Thus, the indication is based on an analysis of the patient’s clinical status including active elevation and rotation. It is also based on imaging to analyze the horizontal displacement of the head, the quality of teres minor and subscapularis and the stage of Hamada. The best indication of a reverse prosthesis is a pseudoparalytic shoulder with an anterior superior massive cuff tear, a good posterior cuff and a static anterior migration of the head.

The technique does not differ from that one of a reverse prosthesis in cuff tear arthropathy except that of the glenoid bone quality is often poor and with a small size, especially among women.

Usually, the higher the preoperative disability is important, the better the result in terms of gain. Lastly, survivorship of this prosthesis is still poorly known and indication in patients under 65 years must be very cautious.



© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article