Article

9 iconographies
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez acheter ce livre, consultez notre site e-commerce



Chirurgie du cancer du sein
Lipomodelage du sein
 

E. Delay

Transférer de la graisse d’un point où elle est en excès (abdomen, cuisses) vers la région du sein, pour améliorer sa forme et son volume, n’est pas une idée récente. Cette approche avait d’ailleurs été utilisée dès les débuts de la liposuccion, en particulier à la suite des travaux de Illiouz [124] et de Fournier [125].

Elle n’avait pas connu son plein développement car la technique de transfert graisseux était moins précise qu’actuellement, et pouvait donner des foyers de cytostéatonécrose et, à cette époque, les foyers de cytostéatonécrose étaient plus difficiles à inventorier, l’imagerie mammaire étant moins performante qu’aujourd’hui.

Le coup de grâce à la technique avait été donné lors d’une vive polémique survenue à la suite des travaux de Bircoll [126], qui avait conduit à une recommandation de l’American Society of Plastic and Reconstructive Surgeons, en 1987, contre-indiquant les injections de tissu graisseux dans le sein.

Un regain d’intérêt sur les transferts graisseux s’est fait jour à la suite des travaux de Coleman [127, 128], qui confirmaient que les tissus graisseux pouvaient être transférés dans de bonnes conditions sous réserve que l’on respecte un protocole de préparation et de transfert de graisse rigoureux. Constatant l’efficacité très importante des transferts graisseux au niveau de la face en chirurgie esthétique et lors des traitements de séquelles faciales postthérapeutiques, nous avons développé un thème de recherche depuis 1998, visant à réévaluer l’efficacité et la tolérance des transferts graisseux au niveau de la région thoraco-mammaire.

Ce travail de recherche a permis de développer la technique de transfert graisseux au niveau du sein, que nous nommons lipomodelage du sein [52, 129], d’évaluer son efficacité et sa tolérance, et de montrer l’absence d’effets délétères cliniques ou radiologiques.

Le but de ce chapitre est de présenter l’historique et l’évolution des idées, la technique de lipomodelage du sein que nous utilisons, les indications et contre-indications de cette technique, ainsi que les complications potentielles avec les moyens de les prévenir et de les traiter.



© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article