Article

24 iconographies
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez acheter ce livre, consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 10,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    27 24 0 0


Conférences d'enseignement 2009 (n°98)
Les greffes osseuses : Bone grafts
 

Mots clés

Greffe osseuse. : Autogreffe. : Allogreffe. : Xénogreffe. : 
Keywords:Bone graft. : Autograft. : Allograft. : Xenograft. : 


D. Mainard 1
1 Service de chirurgie orthopédique, traumatologique et arthroscopique, Hôpital central, 29, avenue De-Lattre-de-Tassigny, 54000 Nancy, France 

Résumé

Les chirurgiens orthopédistes sont souvent confrontés aux pertes de substance osseuse. Malgré le développement de nombreuses possibilités de comblement faisant appel à des techniques chirurgicales, biologiques ou encore aux substituts phosphocalciques, les greffes osseuses et, en particulier, les allogreffes gardent une place irremplaçable dans nombre d’indications. C’est particulièrement le cas des pertes de substance de grand volume qui imposent une reconstruction anatomique osseuse et/ou articulaire associée ou non à une implantation prothétique. L’os est le tissu humain le plus greffé, qu’il s’agisse des autogreffes ou des allogreffes.

La greffe osseuse est un apport de tissu osseux vivant ou non qui peut provenir soit du patient lui-même – il s’agit alors d’une autogreffe – soit d’un individu de la même espèce – il s’agit alors d’une allogreffe (terme qui remplace celui d’«homogreffe») – ou d’une autre espèce – il s’agit alors d’une xénogreffe (qui remplace «hétérogreffe»).

Les autogreffes restent le tissu de comblement de référence quelles que soient les indications. Néanmoins, l’autogreffe est quelquefois insuffisante pour des raisons quantitatives ou qualitatives en outre, le prélèvement est source d’une morbidité non négligeable.

L’utilisation des allogreffes est strictement encadrée au plan réglementaire, ce qui permet d’en assurer la traçabilité mais surtout la sécurité biologique, qui est du ressort des banques de tissus. Certaines allogreffes peuvent faire l’objet d’un traitement de sécurisation microbiologique qui élimine virtuellement tout risque de transmission infectieuse.

Les xénogreffes, qui font l’objet de traitements spécifiques, sont peu employées.

L’amélioration de la connaissance des mécanismes d’intégration biologique des allogreffes devrait permettre d’optimiser leur utilisation. De même, leur association à des facteurs de croissance ou à des techniques de thérapie cellulaire concourra certainement dans l’avenir à améliorer les capacités d’incorporation osseuse.

Summary

Orthopaedic surgeons are frequently confronted with bone defects. Despite the availability of a large array of possible solutions for reconstruction, including surgical or biological techniques and bone substitutes, bone grafts and more specifically allografts remain irreplaceable in many indications. This is the case for massive bone loss, which requires anatomical bone reconstruction with or without prosthesis implantation. Bone is the human tissue that is most often grafted .

Bone grafting is the implantation of living or non-living bone tissue coming from the same or another individual. Autograft (autogenous graft) refers to bone tissue harvested from and implanted into the same individual. An allograft is defined as tissue that has been harvested from one individual and is implanted into another individual of the same species. Xenograft is bone tissue harvested from one species and implanted into a different species .

Autograft remains the gold standard for bone defect filling whatever the indication. Nevertheless, it may sometimes be insufficient, for quantitative or qualitative reasons. On the other hand, bone harvesting may have its own morbidity .

Allograft usage follows strict regulation and controls in order to ensure a good traceability and also microbiological security for which the liability is on the bone banks. Allografts may undergo specific processing which in theory prevents infectious disease transmission .

Xenografts, which also undergo a specific processing, are not widely used .

A better knowledge of the biological integration mechanisms of allografts should improve their results. In the future, their combination with growth factors or cell therapy should improve their osseointegration .



© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article