Article

2 iconographies
1 autoévaluation interactive
3 informations supplémentaires
1 cas clinique
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Service d'aide à la décision clinique
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner, prenez contact avec votre délégué régional EMC ou consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 37,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    18 2 0 5


Médecine d'urgence
[25-140-J-10]
Doi : 10.1016/S1959-5182(11)43645-X
Intoxications médicamenteuses de l'enfant
 

O. Brissaud a,  : MD, PhD, J. Naud b : MD, F. Villega c : MD
a Unité de réanimation pédiatrique et néonatale, Centre hospitalier universitaire Pellegrin-Enfants, place Amélie-Raba-Léon, 33076 Bordeaux cedex, France 
b Unité de Smur pédiatrique et néonatal, Centre hospitalier universitaire Pellegrin-Enfants, place Amélie-Raba-Léon, 33076 Bordeaux cedex, France 
c Unité de neuropédiatrie, Centre hospitalier universitaire Pellegrin-Enfants, place Amélie-Raba-Léon, 33076 Bordeaux cedex, France 

Auteur correspondant.
Résumé

Il n'existe pas de registre français exhaustif de recueil des intoxications médicamenteuses chez l'enfant. On observe deux pics de fréquence, 3 ans (ingestion accidentelle, prédominance masculine) et 14 ans (intoxication volontaire, volontiers polymédicamenteuse, prédominance féminine). Les enfants présentent des spécificités uniques en toxicologie médicale. En effet, certains médicaments sont extrêmement dangereux pour les plus jeunes enfants, alors qu'ils ne sont exposés qu'à des quantités qui apparaissent insignifiantes. Si les vomissements provoqués sont à proscrire définitivement, le lavage d'estomac et le charbon activé conservent leur place dans la prise en charge en aigu. Des antidotes existent mais leur utilisation raisonnée doit s'appuyer sur la balance bénéfice-risque de leur administration chez l'enfant. Les principaux médicaments responsables d'intoxications graves sont ceux ayant une action sur le système nerveux central (sédatifs, hypnotiques, anticonvulsivants, antidépresseurs, morphiniques...). La mortalité en relation avec une intoxication médicamenteuse est faible (< 2 %), et augmente avec l'âge. Les décès sont imputables essentiellement aux antidépresseurs tricycliques, aux anticonvulsivants (barbituriques, valproate de sodium...), aux analgésiques (paracétamol, aspirine...) et aux médicaments à base de fer. La mortalité très faible des intoxications chez l'enfant peut s'expliquer par l'amélioration constante de l'information à la population, la bonne connaissance par les parents des structures d'urgence et de réponse (centres antipoison, 15, Samu), et des conditionnements de plus en plus sécurisés. Cependant, de nombreuses intoxications pourraient être évitées avec des mesures simples de prévention encore non appliquées, le plus souvent au sein de la famille, et des efforts encore soutenus de l'industrie pharmaceutique dans la sécurisation des conditionnements.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Intoxications aiguës de l'enfant, Lavage d'estomac, Charbon activé, Antidotes, Toxidromes




© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Toute référence à cet article doit porter la mention : O. Brissaud, J. Naud, F. Villega. Intoxications médicamenteuses de l'enfant. EMC - Médecine d'urgence 2011:1-18 [Article 25-140-J-10].

Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article