Article

3 iconographies
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez acheter ce livre, consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 20,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    16 3 0 0


L'Actualité rhumatologique 2009
La sarcoïdose : aspects rhumatologiques
 

E. Pertuiset, F. Kemiche, I. Cerf-Payrastre

Résumé

La sarcoïdose est une granulomatose aseptique systémique dont l’aspect clinique est très protéiforme. L’atteinte thoracique prédominante peut être isolée ou associée aux atteintes extrathoraciques, qui peuvent s’observer de manière isolée. Les atteintes rhumatologiques sont polymorphes. Les atteintes articulaires aiguës sont les plus fréquentes, s’intégrant le plus souvent dans le syndrome de Löfgren, où l’atteinte cutanée et articulaire est réactionnelle. L’atteinte oligoarticulaire prédomine aux chevilles, de manière bilatérale, avec des arthrites mais aussi une inflammation des gaines tendineuses et du tissu sous-cutané. L’érythème noueux n’est pas constant, son absence pouvant être trompeuse. Si le syndrome de Löfgren guérit habituellement en moins de 12 mois, il existe des formes passant à la chronicité (atteinte pulmonaire) et des récidives. Les atteintes articulaires chroniques sont dues à des synovites granulomateuses et réalisent des polyarthrites prédominant sur les grosses articulations, mais pouvant toucher les petites articulations. Les formes destructrices sont rares. La présence du facteur rhumatoïde est possible dans la sarcoïdose et indépendante de l’atteinte articulaire. Les atteintes osseuses granulomateuses sont plus rares, parfois asymptomatiques, et s’observent dans l’évolution d’une sarcoïdose chronique. L’atteinte des mains, avec la dactylite, est la plus fréquente avec ses trois formes radiologiques classiques. L’hypercalciurie est fréquente et l’hypercalcémie possible, liées à l’augmentation du calcitriol sérique du fait de l’activité de 1-⍺-hydroxylase, présente dans les macrophages des granulomes sarcoïdosiques. Les atteintes musculaires sont fréquentes anatomiquement mais plus rares cliniquement, responsables de simples myalgies ou de trois formes cliniques différentes de myopathie sarcoïdosique.



© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article