Article

Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez acheter ce livre, consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 20,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    12 0 0 0


L'Actualité rhumatologique 2009
Agrégation des maladies auto-immunes
 

P. Dieudé, E. Palazzo, C. Bollet

Résumé

Les maladies auto-immunes (MAI) constituent aux États-Unis une des premières causes de mortalité et de morbidité de la femme jeune et d’âge moyen (< 65 ans). La grande hétérogénéité des pathologies regroupées sous le terme de MAI concourt très probablement à une sous-estimation des conséquences socioéconomiques qui leur sont imputables. L’incidence des pathologies auto-immunes varie de 1/100 000 individus-année (cirrhose biliaire primitive, sclérodermie systémique [ScS]) à plus de 20/100 000 individus-année (maladie de Basedow, polyarthrite rhumatoïde [PR]). La prévalence globale des MAI est d’environ 3 %. Ces données sous-estiment vraisemblablement l’incidence et la prévalence des MAI du fait d’une prise en compte non exhaustive des pathologies par les auteurs, mais aussi du fait de l’absence ou des modifications des critères diagnostiques d’un groupe très hétérogène de maladies regroupant des MAI systémiques et des MAI spécifiques d’organes.

Les observations cliniques d’agrégation familiale et/ou individuelle de MAI ont conduit à émettre l’hypothèse d’un possible déterminisme génétique commun. Aujourd’hui, l’implication du locus HLA dans la susceptibilité génétique des pathologies auto-immunes a été clairement démontrée. Toutefois, pour la plupart de ces pathologies, le locus HLA ne contribue que modérément au risque génétique global, suggérant ainsi l’intervention d’autres facteurs de susceptibilité non-HLA. Parmi les facteurs génétiques récemment mis en évidence, PTPN22 , STAT4 ou encore IRF5 , ceux-ci sont partagés par des maladies dysimmunitaires aussi variées que la PR, le lupus, le Gougerot-Sjögren, la ScS ou encore le diabète de type 1. Ainsi, l’existence d’un fond génétique partagé sous-tend l’existence de voies physiopathologiques communes aux maladies auto-immunes et donc, potentiellement, l’identification de nouvelles cibles thérapeutiques. Par ailleurs, cette notion implique de chercher systématiquement l’apparition simultanée d’autres maladies dysimmunitaires chez les patients atteints de connectivites. Cette agrégation individuelle n’est pas rare ; elle varie de 15 à 35 % selon les pathologies étudiées et doit orienter le rhumatologue vers une prise en charge thérapeutique plus spécifique de ces patients.



© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article