Article

1 autoévaluation
2 informations supplémentaires
1 cas clinique
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Service d'aide à la décision clinique
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner, prenez contact avec votre délégué régional EMC ou consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 21,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    11 0 0 4


Médecine d'urgence
[25-140-J-15]
Doi : 10.1016/S1959-5182(10)54592-6
Intoxications non médicamenteuses de l'enfant
 

O. Brissaud a,  : Docteur en Médecine, Docteur en Science, J. Naud b : Docteur en Médecine, F. Villega c : Docteur en Médecine, I. Claudet d : Docteur en Médecine
a Unité de réanimation pédiatrique et néonatale, Centre hospitalier universitaire Pellegrin-enfants, place Amélie-Raba-Léon, 33076 Bordeaux cedex, France 
b Unité de Smur pédiatrique et néonatal, Centre hospitalier universitaire Pellegrin-enfants, place Amélie-Raba-Léon, 33076 Bordeaux cedex, France 
c Unité de neuropédiatrie, Centre hospitalier universitaire, place Amélie-Raba-Léon, 33076 Bordeaux cedex, France 
d Unité des urgences pédiatriques, Centre hospitalier universitaire Purpan, Toulouse, France 

Auteur correspondant.
Résumé

Les intoxications non médicamenteuses chez l'enfant peuvent être redoutables. Les risques d'exposition, en particulier au domicile, aux produits ménagers et/ou industriels sont importants. Six mille intoxications au monoxyde de carbone sont notées en France chaque année, dont 25 % chez des enfants de moins de 15 ans. L'intoxication aux fumées d'incendie provoque 400 décès par an en France tous âges confondus. Cette mortalité, en partie liée à l'intoxication à l'acide cyanhydrique, a nettement diminué ces 20 dernières années, notamment grâce à l'utilisation d'antidotes lors de la prise en charge préhospitalière. Le fer (métaux lourds) est largement utilisé chez le nourrisson et contenu dans de nombreux produits administrés en tant que « vitamines anodines ». Sa toxicité à haute dose est redoutable. Il représentait une des causes de décès par intoxication les plus fréquentes chez l'enfant : entre 1983 et 1991, aux États-Unis, il était la cause de 30 % des décès par intoxication, et en 2006 étaient recensés 1 850 cas d'intoxication chez l'enfant âgé de moins de 6 ans (rapport AAPCC-TESS), mais aucun cas mortel. Les enquêtes effectuées en France chez des enfants entre 1 et 6 ans ont retrouvé une prévalence de saturnisme de 1 % à 2 % et 500 nouveaux cas de saturnisme sont dépistés en France chaque année. Depuis le 12 août 2008, un constat de risque d'exposition au plomb (CREP) annexé à tout nouveau contrat de location des logements construits avant le 1er janvier 1949 est obligatoire. Les intoxications par les plantes, baies et fruits représentent environ 5 % de toutes les intoxications tous âges confondus. Elles sont généralement bénignes, même si les produits ingérés ont une toxicité pouvant aller jusqu'au décès. La symptomatologie est habituellement digestive (50 % des cas). La mortalité est classiquement rapportée à des anomalies cardiaques (troubles du rythme ou de conduction) ou neurorespiratoires. Tout comme pour les plantes, le diagnostic d'une intoxication par champignons repose sur une bonne connaissance des signes cliniques et de leurs délais d'apparition. Le pronostic est rarement défavorable, sauf en cas d'ingestion d'espèces renfermant des amatoxines qui sont hépatotoxiques. Les pouvoirs publics tentent de sécuriser au maximum les conditionnements des produits toxiques, mais les manipulations de déconditionnement et de rangement au domicile pénalisent ces efforts. L'éducation des populations en particulier des enfants en ce qui concerne les différentes espèces de champignons et de plantes ainsi que la mise à disposition de personnes ressources en cas d'intoxication permettraient d'éviter des accidents graves.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Monoxyde de carbone, Acide cyanhydrique, Produits ménagers et industriels, Métaux lourds, Envenimation




© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Toute référence à cet article doit porter la mention : O. Brissaud, J. Naud, F. Villega, I. Claudet. Intoxications non médicamenteuses de l'enfant. EMC - Médecine d'urgence 2010:1-11 [Article 25-140-J-15].

Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article