Article

21 iconographies
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Service d'aide à la décision clinique
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner, prenez contact avec votre délégué régional EMC ou consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 28,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    12 21 0 0


RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE : Musculosquelettique - Neurologique - Maxillofaciale
[31-192-B-10]
Lésions ostéoarticulaires dans les lymphomes





Laurence Pittet-Barbier : Praticien hospitalier
Jean-Baptiste Dumont : Chef de clinique-assistant
Service central de radiologie et imagerie médicale (professeur M Coulomb), centre hospitalier universitaire de Grenoble, BP 217, 38043 Grenoble cedex 9 France

Résumé

Les localisations osseuses des lymphomes hodgkiniens ou non hodgkiniens sont rares. Il peut s'agir de localisations osseuses d'un lymphome systémique (et le pronostic est alors plus péjoratif puisque ces lésions classent la maladie en stade IV d'Ann-Arbor) ou d'un lymphome osseux primitif de pronostic plus favorable.

Ces atteintes osseuses peuvent être révélatrices et il faut savoir y penser, en particulier devant une lésion agressive s'accompagnant d'une importante extension dans les parties molles alors que la tolérance clinique est bonne.

Les différentes techniques d'imagerie, si elles n'apportent pas d'élément majeur au diagnostic positif, ont un intérêt pour établir le stade de la maladie et suivre son évolution sous traitement. Les radiographies standards restent le premier examen à réaliser. La tomodensitométrie permet d'explorer les zones difficiles à visualiser en radiographie standard et elle est très utile au bilan d'extension. La scintigraphie est peu spécifique mais très sensible. Il existe cependant quelques faux négatifs. L'imagerie par résonance magnétique est la technique la plus adaptée à l'étude de la moelle osseuse comme à celle des parties molles. Elle permet une détection précoce et un bilan d'extension locale précis. Elle peut guider une biopsie et a aussi sa place dans le suivi sous traitement et la recherche d'éventuelles rechutes.



Mots-clés : lymphome, moelle osseuse, IRM, tumeur osseuse, ostéolyse, maladie de Hodgkin


© 2001  Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés

Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article