Article

2 iconographies
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Service d'aide à la décision clinique
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner, prenez contact avec votre délégué régional EMC ou consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 12,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    6 2 0 0


Pédiatrie - Maladies infectieuses
[4-071-B-10]
Syndrome du QT long congénital





Jean-Marc Lupoglazoff : Attaché, chef de clinique des Universités, assistant des hôpitaux de Paris
service de cardiologie infantile, hôpital Robert Debré, 48, boulevard Sérurier, 75019 Paris  France
Isabelle Denjoy : Attachée des hôpitaux de Paris, service de cardiologie,
hôpital Lariboisière, 2, rue Ambroise-Paré, 75010 Paris  France

Résumé

Le syndrome du QT long congénital (SQTL), cliniquement et génétiquement hétérogène, est caractérisé par un allongement de l'intervalle QT sur l'électrocardiogramme (ECG), associé à un risque de troubles du rythme ventriculaire graves (torsades de pointes, fibrillation ventriculaire) pouvant entraîner syncopes et mort subite. Ce syndrome familial rare, transmis selon différents modes mendéliens, survient chez des sujets dont les examens morphologiques cardiaques habituels sont normaux. La gravité potentielle du pronostic justifie un dépistage des sujets atteints. L'origine génétique de la maladie a été confirmée avec au moins six loci et cinq gènes identifiés actuellement. Elle représente une illustration parfaite de troubles du rythme ventriculaire adrénergiques. Le traitement repose sur les β-bloquants d'emblée, surtout pour toutes les formes symptomatiques. Le traitement est également préventif puisqu'il faut proscrire tout médicament pouvant allonger la durée de l'intervalle QT chez tous les sujets porteurs d'une anomalie génétique. Enfin, en cas de suspicion de SQTL, il est impératif que tous les membres de la famille directe aient un ECG avec enregistrement Holter et soient génotypés afin d'identifier les sujets porteurs de mutation encore asymptomatiques.



Mots-clés : syndrome du QT long congénital, mort subite, torsades de pointes, gènes, β-bloquants


© 2001  Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés

Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article