Article

Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Service d'aide à la décision clinique
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner à cette revue, consultez nos tarifs



Archives des Maladies Professionnelles et de l'Environnement
Volume 81, numéro 1
page 88 (février 2020)
Doi : 10.1016/j.admp.2019.12.066
Reçu le : 28 novembre 2019 ;  accepté le : 5 décembre 2019
Compte rendu de congres

Maladies cardiovasculaires retour au travail et maintien dans l’emploi
Return to work after a cardiovascular disease
 

Michel Galinier a , Yolande Esquirol b,
a Fédération de Cardiologie, CHU Toulouse, Université Paul Sabatier, Toulouse III 
b Centre Régional des Pathologies professionnelles et Environnementales, CHU Toulouse, UMR 1027, Université Paul Sabatier Toulouse III- Inserm 

Auteur correspondant.
Résumé

Le maintien ou le retour à l’emploi des patients ayant présenté une pathologie cardiovasculaire est une des priorités nationales, comme en témoignent les orientations retenues dans le plan santé-travail national 2016–2020. Des progrès considérables dans la prise en charge thérapeutique des maladies cardiovasculaires ont été réalisés ces dernières décennies et une diminution de la mortalité a été rapportée dans plusieurs pays. Ils sont liés à des stratégies diagnostiques et thérapeutiques efficaces, mises en place de plus en plus précocement et des mesures préventives de mieux en mieux ciblées, notamment sur les facteurs de risque cardiovasculaire. De plus en plus de personnes ayant présenté une maladie cardiovasculaire demeurent actives professionnellement et ce constat sera amplifié par le fait que l’âge de cessation d’activité est de plus en plus retardé dans la plupart des pays. Ainsi, 40 à 50 % des personnes retrouvent un emploi après un syndrome coronarien aigu (SCA) à un an dans les études rétrospectives, alors que les quelques études prospectives disponibles sont moins alarmistes mais témoignent des difficultés persistantes de retrouver un emploi après un premier épisode de SCA. Ainsi, près de 80 % des personnes ont repris un travail un an après un SCA (Worcester, Elliott et al., 2014). Les caractéristiques liées à des paramètres témoignant les lésions cardiaques (type de SCA, fraction d’éjection du ventricule gauche, localisation des lésions …), les comorbidités et à la prise en charge thérapeutique sont à considérer pour le retour à l’emploi des personnes présentant une maladie cardiovasculaire (Mirmohammadi, Sadr-Bafghi et al., 2014). Les contraintes professionnelles liées au poste de travail sont également potentiellement explicatives du non- retour ou du retard au retour à l’emploi après certaines pathologies cardiovasculaires, notamment la charge physique du poste du travail, l’insatisfaction au travail, les contraintes psychologiques type « job strain ». (Reibis R et al., 2019). Prévenir le risque de désinsertion professionnelle après un syndrome coronarien aigu, une insuffisance cardiaque, un trouble du rythme impose donc une détection précoce des patients les plus à risque, afin de leur proposer le plus rapidement possible une prise en charge multidisciplinaire incluant le parcours professionnel, de manière coordonnée et la plus adaptée. Comment aborder le retour à l’emploi après ce type de pathologies est la thématique traitée dans l’atelier proposé.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article
Vous pouvez déplacer ce plan en cliquant sur le bandeau de la fenêtre