Article

Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Service d'aide à la décision clinique
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner à cette revue, consultez nos tarifs



Archives des Maladies Professionnelles et de l'Environnement
Volume 81, numéro 1
page 71 (février 2020)
Doi : 10.1016/j.admp.2019.12.028
Reçu le : 28 novembre 2019 ;  accepté le : 5 décembre 2019
Compte rendu de congres

Poids de preuve épidémiologique dans le classement du dioxyde de titane par l’Agence européenne des produits chimiques
Weight of epidemiological evidence in classification of titanium dioxide by the European chemical agency
 

I. Guseva Canu a, , S. Fraize-Frontier b, C. Michel c, S. Charles c
a Département Santé-Travail-Environnement (DSTE), Centre universitaire de médicine générale et santé publique (unisanté), Université de Lausanne, Suisse 
b Département de l’évaluation des risques, de la méthodologie et des études de l’Agence française de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), France 
c Département de l’évaluation des risques, Unité d’évaluation du risque chimique, ANSES, France 

Auteur correspondant.
Résumé
Introduction

Le dioxyde de titane (TiO2) est un pigment blanc sans odeur et un agent opacifiant, largement utilisé dans les environnements industriels et professionnels. Pendant des décennies, le TiO2 a été considéré comme matière inerte peu toxique. En 2006, le CIRC l’a classé comme potentiellement cancérogène pour l’homme (groupe 2B). Cependant, la classification du CIRC n’a pas d’impact réglementaire dans l’industrie, qui continue à l’utiliser dans de nombreux produits tels que peintures, vernis, plastiques, caoutchoucs, papiers, enduits, adhésifs, textiles et revêtements, verrerie, céramique, composants électroniques, catalyseurs, soudage et construction matériaux, aliments, produits pharmaceutiques, cosmétiques, empreintes dentaires, traitement de l’eau et des surfaces.

Objectifs

Analyser si les données des études épidémiologiques contestent les effets cancérogènes positifs rapportés dans des études expérimentales sur des animaux.

Méthodes

Une revue systématique des études épidémiologiques des travailleurs exposés au TiO2 et le risque de cancer a été réalisée. Pour évaluer le niveau de preuve des données épidémiologiques, les biais possibles ont été analysés et notés selon la méthode développée par le Bureau de l’évaluation de la santé et de la traduction du Programme national de toxicologie (méthode OHAT, US-NTP).

Résultats

Cinq cohortes de travailleurs ont été analysées. En raison des biais identifiés, les preuves épidémiologiques concernant la cancérogénicité du TiO2 chez l’Homme ont été jugées insuffisantes pour contester les effets cancérogènes rapportés dans des études expérimentales.

Conclusion

Sur la base de ce résultat, le comité d’évaluation des risques de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA-RAC) a classé le TiO2 en tant que substance pouvant causer le cancer par inhalation (Catégorie 2). Outre les implications réglementaires dont la révision du règlement européen sur la classification, l’étiquetage et le conditionnement des produits chimiques (règlement CLP) sur le TiO2, ce classement appelle des recherches supplémentaires pour améliorer le niveau de preuve et la prise en compte des différentes caractéristiques physico-chimiques du TiO2 dans les études épidémiologiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article
Vous pouvez déplacer ce plan en cliquant sur le bandeau de la fenêtre