Article

11 iconographies
1 autoévaluation
1 cas clinique
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Service d'aide à la décision clinique
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner, prenez contact avec votre délégué régional EMC ou consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 45,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    14 11 0 2


Gynécologie
[62535]
Doi : 10.1016/S0246-1064(17)62535-0
Aménorrhées
 

J. Young a, b
a Service d'endocrinologie et des maladies de la reproduction, Hôpital Bicêtre (Hôpitaux universitaires Paris Sud), 78, rue du Général-Leclerc, 94275 Le Kremlin-Bicêtre, France 
b Inserm U 1185, Unité 1185, Faculté de médecine Paris-Sud, 63, rue Gabriel-Péri, 94276 Le Kremlin-Bicêtre, France 

Résumé

Les aménorrhées sont un motif fréquent de consultation. L'absence de menstruations chez la fille de plus de 15 ans, avec ou sans développement pubertaire, définit l'aménorrhée primaire (AP). L'interruption des menstruations chez une femme réglée définit l'aménorrhée secondaire (AS). La distinction entre AP et AS est artificielle puisque leurs causes se recouvrent. Simplement, les AP relèvent souvent de causes chromosomiques et génétiques alors que les AS sont fréquemment secondaires à des maladies acquises. Cependant, des causes génétiques peuvent se manifester par une AS et des causes acquises par une AP. Après la puberté, l'absence de règles est physiologique pendant la grossesse, la lactation et la ménopause. En dehors de ces périodes, toute aménorrhée, même après arrêt d'une pilule, est anormale et justifie une enquête avant d'envisager une thérapeutique. L'existence d'une aménorrhée témoigne d'une atteinte de l'axe hypothalamo-hypophyso-ovarien ou d'une anomalie anatomique de l'utérus. L'exploration hormonale comprend les dosages des gonadotrophines luteinizing hormone , follicle stimulating hormone (FSH), de l'estradiol. S'ils sont bas, on doit toujours doser la prolactine et faire une imagerie par résonance magnétique de la région hypothalamohypohysaire. Si ces examens sont normaux, on cherche un déficit pondéral. En cas de FSH élevée et de taux bas d'estradiol, une insuffisance ovarienne prématurée est suspectée ; on réalise alors un caryotype et on cherche une anomalie du gène fragile X mental retardation (FMR1 ) ou une atteinte auto-immune. Si ces examens sont normaux, on débute une enquête génétique par des techniques de séquençage de nouvelle génération. En cas d'aménorrhée primosecondaire ou d'AS, un syndrome des ovaires polykystiques est recherché compte tenu de sa forte prévalence, surtout s'il existe des signes d'hyperandrogénie ou une anovulation chronique. Ici, l'échographie ovarienne avec mesure du volume ovarien et comptage des follicules antraux est essentielle à côté des dosages hormonaux, particulièrement de testostérone. Devant une AP ou une AS, un traitement estroprogestatif sans exploration préalable est toujours illégitime.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Retard pubertaire, Règles, Ovaires, Aménorrhée primaire, Aménorrhée hypothalamique, Hypogonadisme hypogonadotropique et Kallmann, Insuffisance ovarienne primitive, Gonadotrophines, Hyperprolactinémie, Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)




© 2017  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Toute référence à cet article doit porter la mention : J. Young. Aménorrhées. EMC - Gynécologie 2017;12(4):1-14 [Article 147-A-50].

Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article