Article

3 iconographies
1 autoévaluation interactive
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Service d'aide à la décision clinique
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner, prenez contact avec votre délégué régional EMC ou consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 27,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    6 3 0 1


Gastro-entérologie
[63036]
Doi : 10.1016/S1155-1968(16)63036-5
Méthodes de traitement des varices œsophagiennes
 

M. Rudler a, b
a Service d'hépatologie et de gastroentérologie, Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, 47-83, boulevard de l'Hôpital, 75013 Paris, France 
b Université Pierre-et-Marie-Curie, 4, place Jussieu, 75005 Paris, France 

Résumé

L'hémorragie digestive par rupture de varices œsophagiennes (RVO) est une des principales causes de mortalité chez les malades atteints de cirrhose. La prise en charge de cette complication repose sur des recommandations, formulées à partir de données de la littérature. Tous les patients admis pour RVO doivent recevoir un traitement vasoactif pendant 3 à 5 jours, une antibiothérapie prophylactique pendant sept jours et doivent bénéficier d'un traitement endoscopique par ligature de varices œsophagiennes. En cas d'échec de cette combinaison de traitement, un shunt intra-hépatique par voie transjugulaire (transjugular intrahepatic portosystemic shunt [TIPS]) de sauvetage doit être posé. Chez les malades les plus sévères (Child-Pugh B avec hémorragie active ou Child-Pugh C), la pose précoce d'un TIPS dans les 72 heures suivant l'admission doit être discutée. À l'issue de la phase aiguë hémorragique, il faut mettre en place une prophylaxie secondaire chez tous les patients : elle associe un traitement par bêtabloquants non cardiosélectifs et des ligatures itératives de VO. Enfin, une transplantation hépatique peut se discuter chez certains patients dont l'hémorragie est réfractaire ou rapidement récidivante après la pose d'un TIPS. Un transfert dans un centre qui pratique la transplantation est alors indispensable.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Cirrhose, Hypertension portale, Rupture de varices œsophagiennes, TIPS




© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Toute référence à cet article doit porter la mention : M. Rudler. Méthodes de traitement des varices œsophagiennes. EMC - Gastro-entérologie 2016;11(4):1-6 [Article 9-204-G-10].

Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article