Article

5 iconographies
1 autoévaluation interactive
Accès au texte (HTML) Accès au texte (HTML)
PDF Accès au texte (PDF)
Service d'aide à la décision clinique
Publicité


L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.
  • Si vous êtes abonné, veuillez vous identifier dans la zone 'Mon compte' en haut à droite de l'écran.

  • Si vous souhaitez vous abonner, prenez contact avec votre délégué régional EMC ou consultez notre site e-commerce

  • Vous pouvez acheter cet article en Pay Per ViewPay per View - FAQ : 41,00 € TTC Commander
    Pages Iconographies Vidéos Autres
    13 5 0 1


Obstétrique
[55170]
Doi : 10.1016/S0246-0335(16)55170-9
Bassin obstétrical : anatomie, étude clinique et radiologique
 

R. Gabriel a, b,  : Professeur des Universités, G. Harika a, b : Praticien hospitalier, S. Bonneau a, b : Praticien hospitalier
a Maternité Alix de Champagne, Hôpital Maison Blanche, 45, rue Cognacq-Jay, 51092 Reims cedex, France 
b CHU de Reims, Université de Reims Champagne-Ardenne, 45, rue Cognacq-Jay, 51100 Reims, France 

Auteur correspondant.
Résumé

Le bassin humain se distingue de celui des mammifères quadrupèdes par : l'antéversion du détroit supérieur, l'incurvation du cylindre pelvien en segment de tore, le développement et la saillie du promontoire qui rétrécit l'aire du détroit supérieur, et la saillie des épines ischiatiques qui marquent le rétrécissement du détroit moyen. Ces particularités anatomiques imposent une mécanique obstétricale complexe qui n'existe pas chez les quadrupèdes. Dans la seconde moitié du xxe siècle, la radiopelvimétrie a cherché à prédire le pronostic de l'accouchement par la mesure du bassin. On a distingué différentes formes de bassin et certaines ont été présumées dystociques. En réalité, il s'agit de variantes physiologiques et aucune n'apparaît clairement anormale. Il est certain que le risque d'échec d'accouchement par voie basse augmente avec la diminution des diamètres pelviens. Cependant, le risque de dystocie n'est augmenté au point de justifier une césarienne programmée que dans un très petit nombre de bassins réellement très étroits, qu'il est souvent possible de suspecter par l'examen clinique. Hormis ces situations rares, il n'y a pas de limite nette entre le bassin normal et le bassin rétréci, d'où la difficulté à définir ce dernier. La littérature médicale montre un grand nombre de normes, qui apparaissent souvent très contestables et ne correspondent pas à la distribution des diamètres pelviens dans la population générale. En l'absence d'éléments cliniques faisant suspecter un rétrécissement pelvien franc, l'exploration radiologique du bassin n'a plus aucune justification dans les présentations céphaliques. Il est démontré que sa pratique augmente notablement le taux de césarienne sans réduire l'incidence des complications maternelles et néonatales. Pour beaucoup d'auteurs, elle garde une légitimité en cas de présentation du siège. Dans cette situation, elle semble permettre de diminuer le nombre de césariennes en urgence, mais sans modifier le taux global de césarienne. Son impact sur le pronostic néonatal est possible mais mal documenté, et certaines équipes ont abandonné cet examen sans constater une augmentation des complications néonatales.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Bassin obstétrical, Pelvimétrie externe et interne, Radiopelvimétrie




© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Toute référence à cet article doit porter la mention : R. Gabriel, G. Harika, S. Bonneau. Bassin obstétrical : anatomie, étude clinique et radiologique. EMC - Obstétrique 2016;11(2):1-13 [Article 5-007-A-10].

Site e-commerce : www.elsevier-masson.fr | Service d'aide à la décision clinique : www.em-select.com | Suivez notre actualité sur le blog Elsevier Masson : blog.elsevier-masson.fr
Site pour réussir ses ecn : www.e-ecn.com | Site de contenu dédié aux médecins généralistes : www.mgconsulte.com | Plateforme de formation des infirmier(e)s : www.pratique-infirmiere.com
EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.
En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.
Fermer
Plan de l'article